soubrette


soubrette

soubrette [ subrɛt ] n. f.
• 1640; provenç. soubreto, de soubret « affecté »; de l'a. provenç. sobrar « être de trop », du lat. superare
Suivante ou servante. « Une soubrette est à vrai dire le grain de sel des comédies » (Gautier).
Fam. Bonne, femme de chambre aimable et délurée.

soubrette nom féminin (provençal soubreto, de soubret, affecté) Femme de chambre ou suivante de comédie. Littéraire. Petite bonne ou femme de chambre avenante.

soubrette
n. f. LITTER Servante de comédie.

⇒SOUBRETTE, subst. fém.
A. — THÉÂTRE. Servante ou suivante de comédie. Emploi, rôle de soubrette; jouer les soubrettes; les soubrettes de Molière. Il mentait froidement, effrontément, comme un laquais ou la soubrette d'une comédienne qui a sa leçon faite (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 2, 1859, p. 369). L'École des femmes: les valets et soubrettes de théâtre se brouillent et se réconcilient selon une dialectique bien plaisante. C'est comme l'essai de deux libertés. « S'il ne me plaît pas à moi », dit la soubrette; à quoi le valet répond: « Il ne me plaît donc pas à moi non plus » (ALAIN, Propos, 1926, p. 681).
P. méton. Ce rôle. On s'est habitué à croire qu'il fallait avoir joué à Paris pour valoir quelque chose: c'est un préjugé; et je connais telle actrice de Paris qui ne vaut pas Rosalie dans les soubrettes (LECLERCQ, Prov. dram., Désœuvr., 1835, 1, p. 429).
THÉÂTRE LYRIQUE. Soprano à la voix claire et légère, proche de la soprano lyrique (d'apr. Mus. 1976). En Allemagne, des chanteurs populaires, des « soubrettes », des cantatrices sérieuses provenant des scènes de théâtre se mélangent à des attractions acrobatiques ou à des « variétés » venues de l'étranger (Arts et litt., 1935, p. 78-1).
B. — Vieilli ou plais. Jeune femme de chambre, employée de maison avenante et aimable. Mme Malassis (...) avait fait sa confidente de sa femme de chambre (...). La soubrette exécuta les ordres de sa maîtresse et entassa à la hâte quelques vêtements dans une malle (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 2, 1859, p. 130). Elles sonnèrent à sa petite maison (...). Une avenante soubrette les introduisit dans la bibliothèque (BOYLESVE, Leçon d'amour, 1902, p. 176).
En appos. avec valeur d'adj. Qui a l'allure d'une soubrette. Sa coquetterie, un peu soubrette, dispose d'un rire frais et large (COLETTE, Jumelle, 1938, p. 243). Paule (...) sort (...) brandissant la tasse dans le plus pur style soubrette (H. BAZIN, Mort pt cheval, 1949, p. 144).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1636 (N. FARET, L'Honneste homme ou l'Art de plaire à la court, p. 66: Si bien qu'il semble que cette odieuse sorte d'entretien [des opiniâtres faiseurs de compliments] soit aujourd'huy demeurée en partage aux petites soubrettes, et à quelques malheureux suivans). Empr., avec subst., au prov. soubret, -o « affecté, qui fait le précieux, la précieuse » (cf. MISTRAL), dér. de so(u)bra(r) « surpasser, dépasser », du lat. superare « être au-dessus ». Voir FEW t. 12, pp. 435b-436a. Fréq. abs. littér.:166.

soubrette [subʀɛt] n. f.
ÉTYM. 1630; provençal soubreto, fém. de soubret « affecté, qui fait le difficile »; de soubra « laisser de côté », anc. provençal sobrar « être de trop », du lat. superare.
1 Littér. Suivante ou servante de comédie. Lisette. || Les soubrettes de Molière, de Regnard, de Marivaux… (→ Effronté, cit. 4; perle, cit. 14).
1 Une soubrette est à vrai dire le grain de sel, mica salis, et le piment des comédies.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, VIII.
2 Vieilli ou plais. Bonne, femme de chambre aimable et délurée.
2 Donnez une dizaine de mille francs à la soubrette, elle vous cachera dans la chambre à coucher de sa maîtresse (…)
Balzac, Splendeurs et Misères des courtisanes, Pl., t. V, p. 771.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Soubrette — is a term referring to a type of female role mdash;specifically, a stock character mdash;in opera and theatre. The term arrived in English from Provençal via French, and means conceited or coy . [ [http://www.thefreedictionary.com/soubrette… …   Wikipedia

  • Soubrette — Sf (komisches Rollenfach für Sopran) per. Wortschatz fach. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. soubrette, zu prov. soubret, soubreto geziert , zu prov. soubrá drüber hinaus sein , aus l. superāre die Oberhand haben, übersteigen , zu l. super… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • soubrette — SOUBRETTE. s. f. On appelle ainsi par mespris, une femme de chambre ou une suivante. Une petite soubrette. elle fait la personne de qualité, & ce n est qu une soubrette. il passe sa vie avec des soubrettes …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Soubrette — Sou brette , n. [F.] A female servant or attendant; specifically, as a term of the theater, a lady s maid, in comedies, who acts the part of an intrigante; a meddlesome, mischievous female servant or young woman. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Soubrette — (fr., spr. Subrette), Zofe, schlaue Kammerjungfer, bes. in der Theatersprache gebraucht, s.u. Rolle B) a) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Soubrette — (franz., spr. ßu ), Rollenfach der französischen und deutschen Bühne. Eigentlich Zofe, Kammerjungfer, mit dem Nebenbegriff der Schelmerei, List und Verschmitztheit, bezeichnet S. jetzt eine muntere oder komische jugendliche Mädchenrolle und ist… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Soubrette — (frz., spr. ßu ), Zofe, Dienerin; in der Bühnensprache: Vertreterin munterer jugendlicher Mädchenrollen, bes. in Oper und Operette …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Soubrette — (subrett), frz., Kammermädchen …   Herders Conversations-Lexikon

  • soubrette — /su brɛt/ s.f., fr. [dal provenz. soubreto, femm. dell agg. soubret affettato ; propr., in fr., servetta brillante di commedia ], in ital. invar. (teatr.) [attrice giovane di operetta, rivista e sim.: una s. di altri tempi ] ▶◀ showgirl …   Enciclopedia Italiana

  • soubrette — (n.) 1753, theatrical jargon word for lady s maid characters in plays and operas, who typically were pert, flirtatious, and intriguing, from French, from Prov. soubreto affected, conceited, fem. of soubret coy, reserved, from soubra to set aside …   Etymology dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.